Manoir de Monneville

Page constituée grâce à la contribution de Philippe Thivolet – Un grand merci

Situé place du bout d’en bas, le Manoir de Monneville conserve une tour hexagonale du XVIème siècle ainsi qu’une maison d’habitation avec une tour ronde et quelques ouvertures aveuglées. Cette antique seigneurie, connue depuis le XIIIème passa entre de nombreuses mains pour échouer à la famille Guiry au XVIIème siècle. Les Guiry la conservèrent plus d’un siècle.

Des moulins

Le long de la Troesne, jadis soigneusement entretenue, se situaient deux moulins, l’un était appelé Moulin de Marquemont, l’autre Moulin de Touvoye. Avant la révolution ces deux moulins faisaient partie du domaine du Breuil. Ce fut le temps de gloire pour ces moulins.

Moulin de Touvoye

Des carrières

Au XVIIIème siècle, dans un petit ravin situé près de l’Egilise de Marquemont, il y avait trois carrières. On y tirait la pierre soit à ciel ouvert, soit en creusant de petites galeries. A cet endroit le calcaire se situe à environ 5 mètres sous la surface du sol. Ces carrières ne fournissaient pas seulement la pierre à bâtir mais aussi de la matière à transformer dans les fours à chaux. Un de ces fours était situé à Marquemont, d’autres à Bachivillers et Lavilletertre. Ces fours étaient chauffés avec de la tourbe extraite des marécages de la vallée de la Troesne.

Eglise de Marquemont

L’Eglise et le Monastère qui constituent à l’origine le Prieuré de Marquemont sont fondés en 1099 par l’Abbaye Saint Martin de Pontoise grâce à une donnation.
L’ensemble portera le vocable de Saint Martin de Marquemont.L’ensemble sera transformé et agrandi à plusieurs époques, notamment aux XIIIème et XVIème siècles. En 1786 arrive un jeune curé courageux, l’Abbé Aubry, qui procèdera à une importante remise en état des lieux.

Eglise de Marquemont vers 1905

Malgré cela, petit à petit l’édifice se dégrade et en 1860 un arrêté préfectoral mentionne que “L’Eglise de Marquemont tombe en Ruines…”.

En 1888, le registre des délibérations municipales précise”…L’Eglise de Marquemont n’étant plus affectée au culte et la Nef tombant en ruines, il est demandé au préfet l’autorisation de procèder à sa démolition. Les matériaux ainsi récupèrés serviront à la réparation d’autres édifices municipaux…”.

Tout compte fait, il s’avèrera que cette démolition n’apportera pas les matériaux escomptés. Le projet sera abandonné.

L’Eglise de Marquemont était préservée.

Une lente résurrection …

Vers 1930, la commission des monuments historiques est avisée de l’état de délabrement dans lequel se trouve la bâtiment. Une démarche est faite dans le but d’obtenir son classement. En 1933 la municipalité déclare refuser son adhésion au classement. Un décret du 22 Mars 1934 passe outre ce refus et l’Eglise est classée monument histhorique. A part le choeur, un peu entretenu, le reste du bâtiment continue de se dégrader. Les toitures s’écroulent. Des vandales ajoutent leurs outrances à la vénérable dame. Le mobilier a disparu. Des arbres poussent à l’intérieur du bâtiment.

En 1966, nait l’association “Les Amis de Marquemont”. Maintenant il va falloir collecter les fonds nécéssaires à la restauration de l’édifice.

En 1969, les premiers fonds publics sont débloqués à hauteur de 60.000frs.

Lentement, et grâce à l’acharnement de quelques hommes, la restauration se poursuit. En 1985, l’essentiel est accompli, l’Eglise a retrouvé une allure. Le fléchage “Ruines de Marquemont” est remplacé par :”Eglise de Marquemont, Monument Historique”.

Eglise Saint-Laurent

Au XIIIème siècle, l’archevèque de Rouen donne par écrit au seigneur et prêtre Jean de Monneville l’autorisation d’élever une chapelle privée sous condition qu’elle ne nuise pas aux prérogatives du curé de Marquemont. Cette Chapelle sera contruite à l’intérieur du Manoir de Monneville sous le vocable de Saint Laurent.
Elle avait 15 mètres de long et 7,50 mètres de large pour une hauteur de 6 mètres.
En 1790 (Nationalisation des biens d’Eglise) la valeur de cette chapelle est estimée à 11.660 Livres incluant les 37 arpents de terre qui lui sont joint.

L’Eglise et son Presbytère

Avant de la voir vendue ou démolie les habitants de Marquemont souhaitent qu’elle soit conservée pour servir d’école aux enfants résidents à Monneville, trop éloignés de l’école de Marquemont.

La chapelle est vendue en 1793 pour 1875 Livres. Elle fût démolie pour en utiliser les matériaux. Il ont servi à la construction d’autres bâtiments de Monneville. Dans les années 19XX il a été découvert dans les fondations d’une maison de Monneville les restes d’un bénitier en pierre daté du XIIIème siècle. Est-ce le seul vestige de cette Chapelle?. Cette pièce a été déposée à l’Eglise de Marquemont.

Eglise de Monneville

Elle fut batie en 1854 pour desservir les habitants de Monneville qui se trouvaient trop éloignés de la vieille Eglise de Marquemont.

Prévoyant l’hébergement du futur Curé de Monneville, la commune achète en 1849 une maison au lieu dit “Le Carrefour”. Elle servira de Presbytère. Cette maison est aujourd’hui propriété privée

Chapelle Saint-Nicolas

Cette chapelle fut construite dans la cour du Manoir du Breuil par le seigneur des lieux autour des années 1650. C’est un des rares monuments de style baroque de la région pour cette époque.